Depuis 2017, le CREPS Provence-Alpes-Côte d'Azur développe les mobilités internationales pour les stagiaires en formation dans le cadre du programme Européen Eramus+.

Un atout pour les apprenants

L'objectif est d'inclure une dimension interculturelle au sein des programmes pédagogiques. Permettre de réaliser un stage à l'étranger pendant la période de formation professionnelle est un réel atout pour les futurs professionnels. Ces immersions sont riches de partages d'expériences et permettent aux stagiaires de découvrir un autre système d'organisation du sport, d'encadrement et de savoir-faire dans une langue étrangère. Aujourd'hui, des stages de 2 semaines à l'étranger sont proposés dans le cadre des formations BP JEPS APT et AAN.


Vers plus de coopération internationale

En parallèle des stages à l'étranger pour ses stagiaires, le CREPS est à l'initiative d'autres projets de coopération internationale. Le CREPS a par exemple accueilli pendant une semaine des jeunes professionnels italiens du champ social pour une sensibilisation à la démocratie et aux discriminations à Aix-en-Provence. Une délégation du CREPS s'est aussi rendue à Reykjavik (Islande)  pour découvrir la culture nordique autour du sport de pleine nature et son fonctionnement. Ainsi, le CREPS noue plusieurs échanges pour partager des bonnes pratiques et activer de prochains partenariats.

Stagiaires du BPJEPS APT en échange à Milan.

Atelier sur le cadre légal pour lutter contre les discriminations en présence d'un groupe de professionnels italiens en échange sur le site d'Aix-en-Provence.

Groupe de travail à Reykjavik avec le CREPS 

Provence-Alpes-Côte d'Azur, Eurocircle, le comité national olympique islandais et le CREPS Auvergne-Rhône-Alpes.

Témoignage d'Anthony LOISON, formateur activités subaquatiques de retour d'Islande


«
Alors que le sport et le rôle de l’éducateur sont placés au cœur des politiques en matière de jeunesse et d’éducation, l’exercice de la profession d’éducateur n’est pas soumis comme en France à une obligation de qualification, même dans les activités de pleine nature. Il existe des formations d’acquisition de compétences validées par les pairs et le système s’articule sur un principe de confiance dénué de cadre réglementaire.

Cette situation, étonnante pour des acteurs du sport en France, peut paraitre étonnante mais les Islandais, bien conscients de cette substantielle différence, arguent que leur modèle fonctionne et le taux d’accidentologie reste très faible. Cela s’explique sans doute par le fait que le niveau d’engagement dans les pratiques reste accessible et ne recrute pas pour l’essentiel des pratiqués un haut degré de qualification technique.

Dans le champ du tourisme, en particulier outdoor, la demande de prestation s’inscrit très majoritairement dans le domaine du loisir, l’activité restant un support de découverte du milieu naturel. En outre, force est de reconnaître que cette absence d’exigence de qualification dans l’encadrement sportif est commune à de nombreux pays.

Ce séjour, intense en termes de rencontres et de rythme, aura été très instructif à bien des égards. Même si l’Islande reste un petit pays, il constitue une nation à part entière avec un système éducatif qui a fait ses preuves et une organisation du sport assez peu éloignée finalement de celles de la plupart des autres pays européens. Il nous est donc apparu relativement facile et en tout cas très opportun de concevoir et de mettre en œuvre rapidement des mobilités de stagiaires notamment du BPJEPS APT. »

Prochaines mobilités

  • Milan, Italie (octobre 2022) : départ des stagiaires du BP JEPS APT du site d’Aix-en-Provence
  • Viana, Portugal (octobre 2022) : départ des stagiaires du BP JEPS APT et AAN du site d’Antibes
  • Hambourg, Allemagne (octobre 2022) : départ des stagiaires du DES-JEPS Direction de structures et projets sportifs d’Aix-en-Provence


Ces projets sont développés en partenariat avec la DRAJES et les associations Eurocircle, Hors-Piste et Une terre culturelle.